C’est qui le patron ?

ou de la juste place du digital dans la vie des humains

Oui, j’aime le digital. Il a déboulé dans ma vie il y a 23 ans alors que la gestion du site internet s’est imposée dans ma fiche de poste jusqu’alors très centrée sur le marketing traditionnel. Et je m’en suis réjouie tant les possibilités étaient immenses. Les années passant, il a pris de plus en plus de place dans mon emploi du temps : le marketing digital s’est imposé dans mon activité de conseil, suivi d’une spécialisation en SEO, puis je suis devenue formatrice SEO pour les créateurs/trices d’entreprise, j’ai créé ma première entreprise entièrement digitale, puis mon agence de marketing digital et enfin, j’ai développé Digital Evaluation qui détecte les attentes des consommateurs à partir de leurs recherches sur Google.

Oui, la marketeuse qui vit en moi s’est enthousiasmée à chaque étape. Aujourd’hui encore, la possibilité de découvrir quasiment en temps réel les recherches des consommateurs américains, allemands ou français en scrutant leurs recherches sur Google me fascine.
Oui, mais ça n’est pas parce que le digital nous a fourni des possibilités immenses qu’il faut en oublier l’essentiel : il doit rester au service de l’homme.

Infographie Digicrac - C'est qui le patron - Le marketeur condamné à livrer à Google son contenu quotidien GIF
C’est qui le patron ou la juste place du digital dans la vie des humains – Infographie Digicrac

Produire du contenu à valeur ajoutée pour éclairer vos clients et en profiter pour optimiser le référencement naturel de votre site, oui ! Mais produire du contenu inutile à la tonne pour satisfaire Google, non. Si ça devient uniquement ça, des images se bousculent dans mon esprit. Tel un cheminot, pelletant le charbon sans relâche pour nourrir la locomotive et entretenir le feu qui dévore tout, je produis mon contenu et nourrit la gueule béante de Google. Ou je me vois dans la matrice qui puise sa puissance dans la production continue, infinie et épuisante de mon contenu. Ou encore je suis Sisyphe, produisant encore et toujours du contenu, le poussant vers Google qui l’avale, me repousse au fond du trou et m’en redemande. Plus récent, plus riche, plus illustré, plus long !

Et puis l’enquête de Guillaume Pitron sur le coût du like. Et mon contenu « immatériel » ne fait plus seulement de moi une machine mais une pollueuse ! Les datas centers poussent comme des champignons pour héberger ces tonnes de contenus inutiles…

Le catastrophisme est souvent contre-productif, ma vision peut-être un peu sombre après presque deux ans d’usage abusif du digital pendant lesquelles les humains m’ont tellement manqué, mais quand même. Il me semblait nécessaire de se souvenir des origines. Tout ça, au départ, c’était censé simplifier la vie des clients, permettre aux marketeurs de mieux cerner l’évolution des attentes de leurs clients pour ajuster leurs offres, donner plus de visibilité aux commerçants. On me reprochera peut-être de caricaturer mais tant pis, je le dis : ne laissons pas les algorithmes nous dicter nos conduites. Laissons-les à leur place, là où ils sont merveilleusement utiles : à notre service.
Parce qu’à la fin, c’est qui le patron !



Digicrac a développé Digital Evaluation, une solution de détection des attentes des consommateurs à partir de leurs recherches sur Google en France et à l’international. Fruit d’un an et demi de R&D, notre solution couple algorithmes sémantiques et intelligence humaine.

En savoir plus sur Digital Evaluation par Digicrac

Spécialiste de la création de trafic, Anne-Marie Urrutia Dumas élargit son champ d’action au web dès 1998. Après avoir lancé aux Editions Gallimard le Cercle Gallimard de l'Enseignement, elle prend la direction Marketing – Communication du distributeur discount Tati et gère son premier site web. Quelques années plus tard, elle crée "Le Dietivore" un cybermarché alimentaire diététique. Experte en marketing digital pour Paris Pionnières, les Premières, Fondation entreprendre, elle conseille plus de 50 startups innovantes, abordant des secteurs aussi variés que la distribution bio, la location de véhicule, ou les objets connectés. Pendant 3 ans en Argentine, elle met son expertise SEO au service d'une agence de traduction online et développe des méthodologies de traduction SEO. En 2018, elle co-créé l'agence Digicrac à Paris et développe Digital Evaluation et Digital Revelation, des solutions digitales innovantes de détection des attentes consommateurs et de conquête de nouveaux marchés.

Catégories

Demandez un devis

Rien ne nous rend plus heureux, créatifs et efficaces que de relever de nouveaux défis.
Il y a forcément une place pour vos enjeux chez Digicrac : interrogez nous !

Tenez-vous au courant !

Fields marked with an * are required

Plus d'articles

Voir tous les articles